02
juin 2016

Voir grand avec l'Institut Pacifique

Portrait

L’Institut Pacifique a récemment lancé sa toute première campagne de financement. Un grand succès qui ne s’est pas bâti du jour au lendemain. Épisode a accompagné l’organisme dans ses deux années de travail et de mobilisation : voici notre carnet de campagne.

Mars 2014. Près de 40 ans après sa création, l’Institut Pacifique fait face à des besoins pressants. Il souhaite avant tout procéder à la rénovation et à l’agrandissement de sa bâtisse située dans l’arrondissement de Montréal-Nord, à Montréal. L’organisme souhaite aussi bonifier les services qu’il offre dans toutes les régions du Québec, au Canada et en Europe, afin qu’ils soient accessibles à un plus grand nombre de jeunes. Pour l’Institut Pacifique, ces deux projets s’avèrent primordiaux afin de continuer à promouvoir le pacifisme au quotidien et le respect sur une base durable.

Afin d’évaluer son potentiel philanthropique, l’Institut Pacifique fait appel à Épisode. Au fur et à mesure de son analyse, de ses recherches et de ses démarches, Épisode estime que les projets de l’Institut Pacifique ont le potentiel d’attirer davantage de donateurs. Il possède entre autres une cause rassembleuse ainsi qu’une expertise unique en matière de prévention de la violence et de résolution de conflits auprès des jeunes. Aussi, ses programmes sont implantés à travers la province, soit dans quelque 550 milieux scolaires et 210 services de garde éducatifs à l’enfance au Québec. Un des autres avantages de l’Institut Pacifique est la force de son réseau et de sa directrice générale, Madame Shirlane Day. En effet, Mme Day compte plus de 25 ans d’expérience dans le milieu philanthropique, ayant précédemment travaillé pour Centraide et à la Fondation du Dr Julien. En 2009, elle joint l’équipe de l’Institut Pacifique pour y diriger l’organisme ainsi que la trentaine d’employés à sa charge, et agir à titre d’ambassadrice exemplaire de la cause.

Au final, Épisode recommande à l’Institut Pacifique de lancer une campagne majeure de financement et d’établir un objectif de 3,8 M$ pour une campagne quinquennale. Même si ce sera une première pour l’Institut Pacifique, l’organisme a déjà de l’expérience en la matière, ce qui est très positif et non négligeable. En effet, il a déjà réalisé plusieurs campagnes de financement annuelles lui permettant de bonifier le financement public reçu. Ces campagnes lui permettaient d’amasser en moyenne 300 000 $ par année auprès de la communauté d’affaires.

Septembre 2014. La phase silencieuse de la campagne majeure se met en train! La première étape consiste à rassembler les proches collaborateurs de l’Institut Pacifique : ses forces vives. Avec les membres du conseil actifs dans le milieu des affaires, l’Institut Pacifique met en place un bureau de campagne et élabore des stratégies pour approcher les leaders pressentis de la campagne.

Novembre 2014. Parallèlement aux activités de collecte de fonds qui se mettent en place, l’Institut Pacifique instaure un comité communication composé de personnes gravitant autour de l’organisme et ayant une grande expertise dans le domaine. Ce comité est notamment composé de madame Marie Grégoire, vice-présidente et associée principale de Tact Intelligence-Conseil, de madame Diane Jeannotte, d’Exergue Communications, et de madame Isabelle Desjardins, directrice des communications de la Fondation Desjardins-Moreau. Au cours des mois qui suivent, ce comité a la tâche de déployer un plan de match qui assure le bon déroulement de la campagne d’un point de vue communicationnel, incluant le développement de l’image, des outils de sollicitation et l’organisation du lancement. Les membres suggèrent notamment de procéder à la création d’un sondage sur l’intimidation. Cette stratégie permettra à l’Institut Pacifique de se positionner à l’aide de chiffres porteurs, et d’accroître par le fait même son rayonnement et sa notoriété auprès du milieu des affaires et du grand public.

Janvier 2015. La mobilisation des gens autour de la campagne majeure s’effectue à un bon rythme. Grâce à l’appui de monsieur Gérard Geoffrion, un des membres du conseil d’administration de l’Institut Pacifique, il a été possible de  prendre contact avec monsieur Serge Riendeau, président d’Agropur, puis de l’inviter à effectuer une visite guidée de la bâtisse et à rencontrer les jeunes de l’Institut. Par le fait même, ce joueur majeur de l’industrie laitière au Canada, comptant un chiffre d’affaires de plus de 5,9 milliards $ et plus de 8000 employés, est devenu la première entreprise à se joindre à la coprésidence de la campagne. Par la suite, madame Marie-Claude Boisvert de Desjardins Entreprises Capital régional et coopératif (Mouvement Desjardins), s’est jointe à la cause. Agropur et Desjardins étant toutes deux des coopératives, leurs valeurs reflétaient parfaitement celles de l’organisme. C’est d’ailleurs pour ces raisons que les rôles de coprésidents leur ont été proposés, rôles qu’ils ont accepté avec conviction. Cela s’est traduit par des résultats impressionnants ; parallèlement aux sollicitations corporatives, monsieur Riendeau a proposé de solliciter ses membres et employés, tandis Madame Boisvert a fait en sorte que les revenus du tournoi de golf annuel de Desjardins Entreprises Capital régional et coopératif soient remis à l’Institut Pacifique pendant les cinq années de la campagne.

Septembre 2015. À présent, le recrutement des gouverneurs et des membres du cabinet est bien entamé. D’ailleurs, tout au long de cet exercice, l’Institut Pacifique a obtenu des engagements financiers quinquennaux majeurs, en appui aux rôles assumés par les personnes d’affaires recrutées au sein du cabinet de campagne. L’Institut Pacifique possède un réseau impressionnant qui inclut des grands donateurs et des partenaires de longue date. Cela leur a permis de recruter les gouverneurs de la campagne à même ce bassin.

Novembre 2015. En prévision du lancement public de la campagne majeure de financement, le comité communication approche un porte-parole qui s’agence à merveille avec la cause : Pier-Luc Funk. Ce jeune comédien passionné d’improvisation est non seulement apprécié des jeunes et des adultes, mais il a aussi vécu une histoire personnelle avec l’intimidation et accepte d’en parler ouvertement. Pier-Luc s’est avéré très généreux envers l’Institut Pacifique, en allant à la rencontre des jeunes et en participant au tournage d’une capsule vidéo ayant pour but de sensibiliser le grand public à la cause et d’inviter au don.

Février 2016. Les activités de collecte de fonds se poursuivent et les derniers préparatifs en termes de communication se mettent en place. Le lancement arrive à grands pas!

Avril 2016. Le jour du lancement de la campagne majeure est arrivé! Environ 85 personnes sont conviées au Théâtre de l’Esquisse, un petit théâtre situé dans le Plateau-Mont-Royal qui accueille l’école d’improvisation de la LNI. Avec Pier-Luc Funk comme porte-parole, l’improvisation était bien évidemment le thème du lancement. L’animation était assurée par madame Paule Genest, qui a assuré une belle interaction entre les membres du cabinet, les jeunes et les partenaires de l’Institut Pacifique. Le lancement a été ponctué par les allocutions des coprésidents et des grands donateurs, le témoignage d’une jeune médiatrice, la capsule vidéo mettant en vedette Pier-Luc Funk ainsi que par une improvisation réalisée par des jeunes de l’Institut Pacifique. Enfin, toute l’équipe du cabinet de campagne était présente pour présenter le travail réalisé jusqu’à ce jour.

Cet événement a réellement donné le coup d’envoi de la campagne. Il a d’ailleurs été amplifié par la visibilité médiatique issue du travail de relations publiques de la firme Exergue, incluant des mentions à Salut Bonjour, à LCN, un reportage de Montréal.tv et une publication dans Les Affaires. La capsule vidéo mettant en vedette Pier-Luc Funk a quant à elle été diffusée sur les réseaux sociaux de l’Institut Pacifique. À notre plus grand bonheur, cette vidéo s’est avérée virale et a été visionnée plus de 62 000 fois sur la page Facebook de l’Institut Pacifique : une première pour l’organisme. Elle a été partagée plus de 800 fois, notamment par l’émission Entrée principale à Radio-Canada. Le plus positif dans tout cela, c’est que cette belle visibilité a aussi eu des retombées positives sur la collecte de fonds : l’Institut Pacifique a reçu plusieurs dons d’individus à travers son site Internet.

Le cas de l’Institut Pacifique est inspirant. Cette campagne démontre que ce ne sont pas juste les grands organismes qui peuvent arriver à de beaux résultats. Lorsqu’on a une cause admirable, des projets porteurs, une direction générale visionnaire, un conseil d’administration solide, des bénévoles d’exception et que tout cela est mis à profit, on peut créer un mouvement de mobilisation qui entraîne des retombées positives pour la collectivité.

institut-pacifique_5-avril-2016-34_web

De gauche à droite : M. Rémi Marcoux, Fondateur et administrateur du conseil, TC Transcontinental ; Mme Carmelle Marcoux, famille Marcoux ; M. Serge Riendeau, président d’Agropur coopérative ; Sara Men Ben Khelil, jeune médiatrice ; Mme Shirlane Day, directrice générale, Institut Pacifique ; M. Jacques Deforges, directeur général, Chambre des notaires du Québec ;  Mme Marie-Claude Boisvert, Chef de l'exploitation, Desjardins Entreprises Capital régional et coopératif, Mouvement Desjardins ; M. François-Pierre Le Scouarnec, président du conseil d’administration, Institut Pacifique et président, PodiumTech.

©2018

Épisode

. Tous droits réservés. Conception web : Voyou — Performance créative